En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

INRA Expertise Prospective Etudes

Délégation Expertise collective, Prospective & Études

Restitution Auvergne à Cournon, le 8 avril 2013

Présentation de la prospective sur la filière équine française à l'horizon 2030

Les travaux de prospective sur l'avenir de la filière équine française ont été présentés à la grande Halle d'Auvergne de Cournon le 8 avril 2013, en présence et avec la participation de madame Marie-José Chassin, vice Présidente du Conseil régional Auvergne en charge de la Ruralité et de l'Agriculture et de monsieur Robert Maury, Président du Conseil du cheval Auvergne.

La présentation des résultats a été suivie par une table ronde, animée par Olivier Croze, Directeur territorial IFCE pour les régions Auvergne et Rhône-Alpes, à laquelle ont participé :

Participants à la restitution de la prospective en Auvergne. Au premier plan, Madame Marie-José Chassin, vice-Présidente du Conseil régional Auvergne
  • Jean Madamour, Président du Comité régional du tourisme équestre Auvergne
  • Jean-Louis Bourdy Dubois, représentant de l’ANSF, membre du groupe de travail de la prospective
  • Flora Planchon, représentante de la fédération régionale des éleveurs de chevaux de sport
  • Laurent Pradier, Président de l’Association nationale du cheval de race Auvergne
  • Robert Maury, Président du Conseil du cheval Auvergne, Président du Comité rérional d'équitation
  • Marie-José Chassin, vice Présidente du Conseil régional Auvergne, en charge de la Ruralité et de l'Agriculture
  • Michèle Gérémy, Présidente du Syndicat des éleveurs de chevaux de trait

Les scénarios ont en premier lieu été reçus comme des outils qui mettent en évidence des risques, notamment celui du retour à une équitation majoritairement élitiste, situation pour laquelle la région se sent peu préparée globalement (les structures ciblant une clientèle aisée existent, mais ne constituent pas le cœur du marché équestre), et celui du développement du cheval de particuliers. Sur ce dernier point les avis divergent entre ceux qui considèrent que le développement des chevaux de jardin est à limiter, et ceux qui pensent que la possibilité d’avoir suffisamment d’espace privé pour accueillir un cheval peut être un atout pour attirer des cadres dans la région, et donc constituer un plus pour le développement démographique.

Les échanges entre les participants à la table ronde et le public ont permis de dégager un certain nombre de propositions (qui ne font pas nécessairement consensus) à explorer pour se préparer à un l’avenir :

  • Une image du cheval à défendre auprès de la population urbaine et agricole
  • Les ressources locales pour limiter les coûts de production
  • Se rapprocher des utilisateurs pour comprendre leurs attentes
  • Des opportunités à saisir dans le tourisme
  • Ne pas négliger la compétition sportive, en particulier de haut niveau
  • Miser sur la formation des hommes, qui devient le facteur limitant

Voir aussi

Le détail des points forts des échanges entre les participants à la table ronde et le publicTélécharger

L'avenir à hauteur de selle et d'obstacle, La Montagne Puy-de-Dôme, Mardi 9 Avril 2013, p12