En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

INRA Expertise Prospective Etudes

Délégation Expertise collective, Prospective & Études

Colloque de restitution "Les flux d’azote liés aux élevages. Réduire les pertes, rétablir les équilibres" le 19 Janvier 2012 à Paris

L’Inra a présenté les conclusions d’une expertise scientifique collective sur les flux d’azote liés aux élevages le 19 janvier 2012. À la demande des ministères en charge de l’Agriculture et de l’Écologie, elle fait le point des connaissances sur les transformations et transferts de l’azote, vus comme une cascade, depuis l’élevage vers les sols, les eaux et l’atmosphère.

En France, l’azote est souvent perçu comme source de pollution, par le nitrate, de l’eau potable et des milieux aquatiques. Or, il est à l’origine d’autres émissions de composés azotés qui participent, par différentes voies, à la dégradation de la qualité de l’air, à l’acidification, à l’eutrophisation et aux pertes de biodiversité des milieux naturels, à la destruction de la couche d’ozone stratosphérique et aux changements climatiques.

L’élevage tient une place centrale dans la "cascade de l’azote". Ses aliments, grains, tourteaux et fourrages, sont riches en azote et en partie produits avec des engrais minéraux azotés. Or, moins de la moitié de l’azote consommé se trouve transformé en lait, viande ou œufs. Le reste se retrouve dans les déjections des animaux et il est soit recyclé en agriculture, soit rejeté dans l’environnement.

L’expertise avait pour objectif de quantifier les flux d’azote vers l’environnement et d’identifier les leviers disponibles pour réduire la pression des émissions azotées et autres rejets liés à l’élevage et aux différents systèmes d’exploitation. En particulier, elle a évalué les différents indicateurs disponibles pour estimer les émissions azotées à différents niveaux, de l’animal au territoire, (tels que les bilans sol-surface ou les analyses de cycle de vie) et les différents outils économiques mobilisables (quotas, normes ou taxes).

Près de 20 chercheurs de l’Inra, de l’Irstea (Institut de recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement) et du CNRS ont été mobilisés, ainsi que trois experts étrangers (Centre de recherches de Wageningen, Pays-Bas et Agriculture Agroalimentaire Canada).

14h - 14h15 : Contexte et enjeux de la demande d'ESCo pour les politiques publiques

- Christophe CHASSANDE, Sous-directeur de la biomasse et de l'environnement, ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du Territoire

- Claire GRISEZ, Sous-directrice de la protection et de la gestion des ressources en eau et minérales, ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement

14h15 - 14h20 : Principes et méthodes mises en oeuvre dans une ESCo INRA-DEPE

- Claire SABBAGH, DEPE - INRA

14h20 - 15h30 : Présentation des conclusions de l'ESCo coordonnée par

- Pierre CELLIER, unité EGC (cascade de l'azote) - INRA

- Jean-Louis PEYRAUD, unité PEGASE (flux d'azote et pistes d'amélioration) - INRA

15h30 - 16h00 : Questions aux experts sur les résultats et conclusions de l'ESCo

16h00 - 17h45 : Mise en débat des conclusionsTable ronde et débats avec la salle sur "Comment réduire les pertes d'azote et rétablir les équilibres ?" Intervenants :

- Guy DARTOIS, Président de la Cooperl

- Frédéric GAIFFE, éleveur laitier dans le Jura

- Jean-Claude BEVILLARD, France Nature Environnement

- Véronique DELMAS, Air Normand

- François DUBOIS DE LA SABLONIERE, Agence de l'eau Loire-Bretagne

- Gilles BILLEN, CNRS, coéditeur de l'EuropeanNitrogen Assessment

17h45 - 18h : Conclusions générales

- Marion GUILLOU, Présidente de l'INRA