En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

INRA Expertise Prospective Etudes

Délégation Expertise collective, Prospective & Études

Restitution de l'étude, mardi 2 Juillet 2013 au Grand Amphi de la MGEN, Paris

Quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ?

L’agriculture française contribue pour près d’un cinquième aux émissions de gaz à effet de serre (GES). En même temps, elle représente un potentiel de stockage du carbone. L’Ademe et les ministères chargés de l’Agriculture et de l’Environnement ont sollicité l’Inra pour réaliser une étude de l’agriculture française pour déterminer et analyser une dizaine d’actions portant sur des pratiques agricoles et susceptibles de favoriser le stockage de carbone par l’agriculture ou de réduire ses émissions de GES.

L'agriculture peut participer à l’amélioration du bilan net des émissions de GES sur quatre plans :

  • la réduction des émissions de protoxyde d'azote  (N2O, puissant gaz à effet de serre produit par la transformation des engrais ou des déjections animales dans les sols cultivés) et de méthane (CH4, gaz à effet de serre provenant notamment des élevages) ;
  • le stockage de carbone dans les sols et dans la biomasse ;
  • l'économie et la production d’énergie à partir de biomasse (agrocarburants, biogaz qui réduisent les émissions en se substituant aux énergies fossiles) ;
  • la production de matériaux à partir de la biomasse.

Le cahier des charges de l’étude précisait que les actions éligibles devaient être basées sur des pratiques agricoles relevant d’une décision de l’agriculteur, induire une atténuation se situant au moins en partie sur l’exploitation agricole, ne pas remettre en cause le système de production de manière importante ni réduire le niveau de production de plus de 10 %. Pour chacune des actions retenues, ont été évalués le potentiel d’atténuation des émissions de GES et les coûts/gains, pour l'agriculteur, de la mise en œuvre de l'action.

Les dix actions examinées portent sur la gestion de l'azote (fertilisation azotée, légumineuses), des pratiques susceptibles de favoriser le stockage de carbone dans les sols et la biomasse (non-labour, agroforesterie, cultures intermédiaires et intercalaires, gestion des prairies), l'alimentation animale (rations réduisant les rejets azotés ou la production de méthane) et enfin la production et la consommation d'énergie sur l'exploitation (méthanisation, économies d'énergie fossile).

Ce travail a mis en évidence un potentiel d’atténuation important des émissions du secteur agricole via ces dix actions. L’ensemble des actions analysées conduirait à l’horizon 2030 à une atténuation annuelle cumulée représentant 32 millions de tonnes de CO2 équivalent selon la méthodologie utilisée par les experts. Toutefois, seule une partie de cette atténuation serait reflétée dans l’inventaire national des émissions de gaz à effet de serre. En effet, l’inventaire national 2010 ne permet pas de rendre compte de l’atténuation liée à certaines actions (par exemple aux émissions de méthane par les bovins suite aux modifications des rations alimentaires, ou au stockage de carbone lié au non-labour ou l’agroforesterie).

Cette étude devrait contribuer à faciliter la conception ou la réorientation de politiques publiques destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur agricole.

09h30 – 09h55:                 Introduction :Contexte et enjeux de la demande pour les politiques publiques

-          Virginie Schwarz, Directrice Générale Déléguée de l’ADEME

-          Eric Giry, Chef du Service de la Stratégie agroalimentaire et du développement durable MAAF

-          Xavier Bonnet, Chef du Service de l'Economie, de l'Evaluation et de l'Intégration du Développement Durable MEDDE

 

09h55 – 11h15:                  Présentation des résultats

                                               Sylvain Pellerin, Laure Bamière [Pilotes de l’étude] et Sylvie Recous, Claire Chenu et Michel Doreau [Experts]

 

11h15 – 11h45:                                Questions aux experts sur les résultats et conclusions de l'étude

-          Débat avec la salle

 

11h45- 12h10 :                 Réactions des commanditaires aux résultats et conclusions de l’étude

-          Discussion avec les commanditaires (Jérôme Mousset ADEME, Elsa Delcombel MAAF, Stéphanie Croguennec MEDDE)

 

12h10 – 13h20 :                 Mise en débat des conclusions : Table ronde et débats avec la salle

-         Valentin Bellassen,Chef de pôle recherche - Mécanismes de projet, agriculture, forêt.CDC Climat

-         Jean-Claude Bevillard, Vice-Président de France Nature Environnement

-          Philippe Eveillard, Président du COMIFER(Comité Français d'Etude et de Développement de la Fertilisation Raisonnée)

-         Jacques Mathieu, Directeur Général d’Arvalis

-         Joël Merceron, Directeur de l’Institut de l’Elevage

-         Christian Rousseau, Agriculteur, Coopérative Vivescia

 

13h20- 13h30 :                  Conclusions générales

                                          François Houllier (Président de l’INRA)